Lorsque l’on est son propre patron, il y a des choses que nous ne maîtrisons pas (le commercial, le graphisme, le développement web, l’administration…). Il ne faut donc pas hésiter à faire appel autour de soi aux personnes qui ont les compétences que nous ne possédons pas.

Avoir son site internet : les CMS tels que joomla, wordpress, drupal… (pour ne citer que les plus connus, sont assez simples d’utilisation avec une bonne prise en main) . Ne vous inquiétez pas, des tutos existent pour la manipulation de ces petites bêtes. Ou encore des solutions gratuites comme wix, e-monsite,…, ou là il n’ y a pas besoin de location de serveur.

 

Sinon vous pouvez faire appel aux compétences d’un développeur (demandez-lui quel CMS il utilise et qu’elle sera l’étendue de votre prise en main du site par la suite) ou à une graphiste (celle-ci même qui écrit cet article pour vous par exemple) qui se chargera du design en adéquation avec votre identité visuelle et qui se chargera de (faire) développer votre site.

Avoir un blog : Afin de proposer du contenu différent (et être plus apprécié de google pour son référencement), la notion de proximité avec les personnes qui voudront éventuellement travailler avec vous est un point non négligeable.

Créer et entretenir différents réseaux sociaux, je vois souvent écrit qu’il faut au moins trois canaux différents sur la toile pour véhiculer les informations à un plus large public. Nous avons donc Facebook, Instagram, Twitter, linkedin,… et plein d’autres. Avec ces outils, vous allez pouvoir vous intégrer dans les recherches de vos cibles.

Faire des veilles dans votre secteur : Afin de connaître leurs services, leurs prestations. Regarder comment ils communiquent sur leur entreprise, sur les événements, leurs produits et inspirez vous en, (sans copier bien sur, ce serait mal vu).

Rester informer des actualités de votre domaine pour connaître les tendances et les avancées, pour rester innovant.

Il ne faut, bien sûr, pas négliger son réseau et l’entretenir. Une personne qui aura travaillé avec vous et qui sera contente de votre travail en parlera autour d’elle. Le bouche-à-oreille, à mon sens, reste un vecteur de communication non négligeable pour se faire connaître.

Voici quelques points-clés pour vous faire connaître de vos prospects, mais n’oubliez pas : Entourez-vous et parlez de vous et de votre activité.